INTERNATIONAL : Le conseil des droits de l’homme organise un débat interactif sur les droits des peuples autochtones

Le débat a été organisé le 21 septembre lors de la dix-huitième session avec la participation de  James Anaya qui a, dans un premier temps, présenté son rapport annuel.

Le débat peut être visionné en webcast en cliquant ici

Présentation (Fr) :

Dans le cadre du débat interactif sur les droits des populations autochtones, plusieurs délégations ont réaffirmé leur engagement à défendre les droits économiques, sociaux et culturels des peuples autochtones, tout en détaillant les mesures prises dans leurs cadres nationaux, s’agissant notamment des mesures pour la promotion des cultures autochtones et pour la consultation des communautés autochtones dans la prise de décision dans les domaines qui les concernent. Les délégations ont notamment souligné la nécessité d’un dialogue entre les différentes parties prenantes dans le cadre de l’exploitation des ressources naturelles, en particulier les États, les communautés autochtones, la société civile et les entreprises d’extraction minière. Pour autant, les droits des peuples autochtones continuent d’être violés, voire niés, ont souligné plusieurs intervenants, qui représentaient pour la plupart des organisations non-gouvernementales. Ces violations sont souvent le fait de l’État ou d’entreprises transnationales. Dans ce contexte, une délégation a plaidé en faveur d’une régulation de ces sociétés et de leur fonctionnement responsable, n’excluant pas de taxer plus lourdement les bénéfices des entreprises ne respectant pas les droits de l’homme et les libertés fondamentales. L’élaboration de principes directeurs a également été soutenue par plusieurs délégations, ainsi que l’échange des bonnes pratiques.

Lire l’ensemble de la présentation en français ou en anglais

Les délégations des États membres du Conseil suivants ont pris la parole: Pologne (au nom de l’Union européenne), Lettonie (au nom d’un groupe de pays), Norvège (au nom d’un groupe de pays) et République de Moldova. Les organisations non gouvernementales suivantes se sont aussi exprimées:Syriac Universal AllianceVerein Südwind Entwicklungspolitik, Conseil indien d’Amérique du Sud, Assemblée permanente pour les droits de l’homme, Réseau des organisations non gouvernementales féminines de la République Islamique d’Iran, France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand, Commission colombienne de juristes, Fondation bouddhiste internationale, Indian Council of EducationInternational Institute for Non-Aligned StudiesInternational Committee for the Indians of the Americas – Incomindios Switzerland, Earth Justice (au nom également de la Commission des églises pour les affaires internationales du conseil œcuménique des églises), Centre for Human Rights and Peace Advocacy, Mouvement indien «Tupaj Amaru», Commission des églises pour les affaires internationales du conseil œcuménique des églises, Libération, Nord-Sud XXI, et Maarij Foundation for Peace and Development.

Cet article, publié dans Droit international, Institutions internationales, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s