Conférence : « Indigènes/autochtones — Paysans/Agriculteurs Jeux identitaires — enjeux de propriété » avec Tania Murray Li

L’équipe  du LAIOS (IIAC) et l’EHESS organisent une Conférence/Débat avec Tania Murray Li,  professeure d’anthropologie à l’Université de Toronto (Canada) et titulaire de la chaire canadienne  de recherche dans ce département   :

« Indigènes/autochtones — Paysans/Agriculteurs  Jeux identitaires — enjeux de propriété ».

Discutantes : Birgit Müller et Irène Bellier.   La conférence aura lieu en Anglais et le débat en Français, le  8 novembre 2011 : 11h-13h,  Salle J-P. Vernant   190 Avenue de France, 75013 Paris.  noyau B, 8ème étage.

Présentation :

« Lors de cette conférence, Tania Li établit un lien entre les régimes de propriété foncière collectifs et inaliénables actuellement associés aux revendications et parfois aux pratiques des peuples autochtones et les efforts de gouvernance coloniale et post-coloniale pour empêcher la dépossession de petits paysans par la vente de leur terre et l’endettement. La propriété collective des terres est parfois imposée par des groupes locaux sur leurs propres membres pour défendre leurs moyens de subsistance, une idée de la communauté ou encore un mode d’organisation. Plus souvent, cependant, elle a été imposée de l’extérieur, d’abord par les administrateurs paternalistes de la période coloniale et aujourd’hui par des experts et les avocats qui assument la responsabilité pour décider qui devrait et qui ne devrait pas être exposé aux risques et opportunités du marché. Vus par leurs protagonistes, cependant, les efforts pour institutionnaliser la propriété collective de la terre ne sont pas des impositions du tout. Ils confirmeraient des formations culturellement distinctes et présentes parmi « les populations tribales » ou « indigènes ». Pourtant les populations rurales ne se conforment pas forcément aux suppositions inhérentes aux arrangements conçus pour leur protection. Ces arrangements traversent des frontières sociales et spatiales. Certains demandent la reconnaissance des droits individualisés sur la terre et répondent aux opportunités de commercialisation. D’autres sont incapables d’échapper aux relations d’exaction que les images d’une altérité culturelle et d’une collectivité harmonieuse oublient trop souvent. Entre-temps, les processus  de dépossession continuent d’être méconnus ou non observés, ce qui met en question le rôle de l’anthropologie sur ce genre de terrains.  Un texte de Tania Li en appui de la conférence sera accessible sur le site du LAIOS : http://www.iiac.cnrs.fr/laios. Tania Murray Li, professeure et titulaire de la chaire canadienne de la recherche au département d’anthropologie de l’université de Toronto, a notamment écrit sur l’émergence du mouvement des peuples autochtones de l’Indonésie, la réforme agraire, la formation des classes en milieu rural, les luttes autour des forêts et de la conservation, la gestion des ressources communautaires et le déplacement forcé des populations. Elle a récemment publié The Will to Improve: Governmentality, Development, and the Practice of Politics (Duke University Press, 2007) et en 2011 Powers of Exclusion: Land Dilemmas in Southeast Asia. avec D. Hall et P. Hirsch. National University of Singapore Press/University ».

Source : http://www.iiac.cnrs.fr/laios

Cet article, publié dans Agriculture, Ressources naturelles, Territoire, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s