Equateur : Amnesty International dénonce la criminalisation des mouvements protestataires

Dans un rapport publié le 17 juillet 2012, Amnesty International dénonce le recours excessif au système judiciaire par les autorités equatoriennes à l’encontre des dirigeants paysans et autochtones qui protestent contre l’exploitation minière et pétrolière depuis plusieurs années.

Le rapport fait état d’une vingtaine de dirigeants nationaux qui ont été poursuivis entre 2009 et 2010 pour terrorisme, sabotage ou homicide. Onze d’entre eux sont toujours en procès qualifiés de « politiques » par les principaux intéressés.

La Conféderation des Nationalités Indigènes d’Equateur (CONAIE) exige l’amnistie pour plus de 200 autochtones poursuivis pour sabotage ainsi qu’un renforcement de la loi de consultation pour les projets en territoires autochtones.

Source : Erbol Indígena, 23 julio 2012 – L.F.C./

Rapport en espagnol    /    Rapport en anglais

Cet article, publié dans Citoyenneté, Consultation, Environnement, industries extractives, Justice, Mouvements autochtones, rapport international, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s