Australie – 5 years after the Declaration EN/FR

Australia: Five Years On – The Fifth Anniversary Of The UN Declaration On The Rights Of Indigenous Peoples

COMMEMORATING THE FIFTH ANNIVERSARY OF THE UNITED NATIONS DECLARATION ON THE RIGHTS OF INDIGENOUS PEOPLES


Les Malezer, 2012

Today marks the fifth anniversary of the adoption of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

Without doubt this international instrument has already been established universally as a human rights benchmark to confirm the indigenous peoples of the world are equal to all other peoples.

This achievement, within the first five years of its life, is verification that the rights of our peoples, encompassing social organisation, cultures, territories and development, are progressively being acknowledged.

Our collective rights as peoples are being expressed, interpreted, integrated and experienced by the many distinct indigenous populations, populations which historically have been ruthlessly dominated and exploited by powerful, gregarious societies.

Indigenous peoples everywhere are citing the Declaration and its components as they vie for equality and non-discrimination in their own territories.

Slowly but surely, member States of the United Nations are revising their relationships with indigenous peoples to respect these human rights.

We can see evidence that basic human rights as articulated in the Universal Declaration of Human Rights are being given extra attention where indigenous peoples are involved.

More importantly the collective rights of indigenous peoples, rights which are so vital to the survival and success of civilizations, can no longer be denied or opppressed through legitimisation by the authority of States.

Indigenous peoples have much to expect from the United Nations to ensure the equality of peoples is respected at the global level.

The establishment of mechanisms, including the UN Special Rapporteur on the Rights of Indigenous Peoples, the UN Expert Mechanism on the Rights of Indigenous Peoples and the UN Permanent Forum on Indigenous Issues are concrete steps already taken to guarantee change.

These are very specific and important actions taken by the United Nations to ensure that the rights of Indigenous Peoples are a priority concern towards not only global peace, security and development, but also the wellbeing of the cultural and ecological environs.

States should be taking consequent steps, if they have not already done so, to broaden the momentum for change.

The World Conference on Indigenous Peoples, declared by the United Nations as an event in Year 2014, should be seen as a time for important reflection.

This significant occasion will mark the end of the Second Decade of the World’s Indigenous Peoples.

The World Conference will offer an opportunity for States and indigenous peoples alike to examine the endeavors, achievements and shortcomings over two decades to realise the rights of the indigenous peoples of the world.

In Australia over the past five years, there has been a turn around in the commitment by the State to the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

In 2009 the Government of Australia announced its support for the Declaration, having voted in 2007 in the General Assembly against the adoption of the Declaration.

The Government has given tangible support to the establishment of the National Congress of Australia’s First Peoples, a body created in accordance with Article 18 of the Declaration.

The Government has also commissioned a review of the Constitution of Australia to provide recognition that Aboriginal and Torres Strait Islander peoples are the First Peoples of Australia.

As a third initiative, the Government has established the ‘Human Rights Framework’ as a policy of government.

This framework includes, inter alia, training of government officials in international human rights obligations undertaken by Australia and the establishment of a parliamentary standards committee to review the laws of the national parliament for compliance with human rights standards.

Following examination of human rights in Australia in 2011, under the Universal Periodic Review provisions of the UN Human Rights Council, Australia is considering the ratification of ILO Convention No. 169, an international treaty which addresses the rights of indigenous peoples.

These specific initiatives are yet to achieve tangible benefits for Aboriginal and Torres Strait Islander people but have serious potential.

Australia has yet to describe its overall government pertaining to indigenous issues in terms of the Declaration (apart from perfunctorily claiming overall compliance with the standard).

Aboriginal and Torres Strait Islander people are unquestionably very confused about how the State has addressed, or is to address, implementation of the Declaration.

Greater effort is needed to describe government priorites and administrative actions against the specific human rights articles in the Declaration.

There can be no doubt that Aboriginal and Torres Strait Islander people in Australia have a high level of awareness of the existence of the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples and an appreciation that the United Nations will continue to examine the exercise of the rights and freedoms of indigenous peoples of the world.

This has been amply demonstrated during the past five years by many UN reports which address Australia and the rights of the Aboriginal and Torres Strait Islander peoples.

However, a shortcoming is the lack of clear understanding amongst our population of the specific rights expressed in the Declaration, or the correlation of such rights with articles in the ratified international human rights treaties.

Specifically, the definition of ‘peoples’ is not understood, and is often misinterpreted.

The term ‘peoples’ must be understood in the context of international law and global governance.

More clear understanding of how the right of self-determination is manifested and exercised is important, to avoid disunity between sub-groups and over-reach of sectarian interests.

At the national level there are calls for a comprehensive program for raising awareness and understanding of the Declaration by the Aboriginal and Torres Strait Islander peoples.

Correspondingly there must be increased efforts to generate awareness across the various agencies of government to ensure that the particular and relevant provisions of the UN Declaration are appreciated and lead to revision of laws, policies and programs.

The Australian Human Rights Commission is collaborating with the National Congress of Australia’s First Peoples and the Indigenous Peoples Organisations to implement a national strategy for increased awareness and understanding of the Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

Looking back we must remember how it has taken so long to have our rights as indigenous peoples recognised in global governance and international law.

Five years on, it is time for the Aboriginal and Torres Strait Islander peoples to be more vigorous in exercising these rights and freedoms.

* Les Malezer was the Chairperson / Coordinator of the Indigenous Peoples Global Caucus on the Declaration on the Rights of Indigenous Peoples leading up to and at the time of the UN General Assembly vote on the Declaration on 13 September 2007. He is currently the Co-Chairperson of the National Congress of Australia’s First Peoples.

***

Australie : cinq après – le 5ème anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones

Commémoration du cinquième anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones (traduction française : Martin Préaud)

Les Malezer 2012,

(coordinateur/président du Caucus Global des Peuples Autochtones sur la Déclaration des Droits des Peuples Autochtones en amont et au moment du vote par l’Assemblée Générale sur la Déclaration le 13 septembre 2007. Il est actuellement co-président du Congrès National des Peuples Premiers d’Australie)

 

La date d’aujourd’hui marque le cinquième anniversaire de l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les Droits des Peuples Autochtones.

Sans aucun doute, cet instrument international a déjà été établi de manière universelle comme une référence des droits de l’homme qui confirme que les peuples autochtones du monde sont égaux à tous les autres peuples.

Cette réussite, en cinq ans d’existence, est la preuve que les droits de nos peuples – qui comprennent l’organisation sociale, les cultures, territoires et leur développement – sont progressivement reconnus.

Nos droits collectifs en tant que peuples sont exprimés, interprétés, intégrés et vécus par les nombreuses populations autochtones distinctes, populations qui furent historiquement dominées et exploitées de manière brutale par des sociétés puissantes et grégaires.

Partout les peuples autochtones citent la Déclaration et ses contenus dans leur lutte pour l’égalité et la non-discrimination sur leurs propres territoires.

Lentement mais sûrement, les Etats membres des Nations unies révisent leurs relations avec les peuples autochtones afin de respecter ces droits de l’homme.

Nous pouvons voir la preuve que les droits de l’homme élémentaires tels qu’ils sont énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme reçoivent une attention renouvelée là où les peuples autochtones sont impliqués.

Plus important encore, les droits collectifs des peuples autochtones, droits qui sont si essentiels à la survie et au succès des civilisations, ne peuvent plus être niés ou opprimés au nom de l’autorité des Etats.

Les Peuples Autochtones attendent beaucoup des Nations unies afin d’assurer que l’égalité des peuples soit respectée au niveau global.

L’établissement de mécanismes aux Nations unies, y compris le Rapporteur Spécial sur les droits des Peuples Autochtones, le Mécanisme d’Expert sur les droits des Peuples Autochtones et l’Instance Permanente sur les Questions Autochtones concrétise les mesures déjà prises pour garantir le changement.

Ces actions sont très importantes et très spécifiques de la part des Nations unies. Elles visent à assurer  que les droits des Peuples Autochtones soient une question prioritaire non seulement pour la paix globale, la sécurité et le développement, mais aussi pour le bien-être des milieux culturel et écologique.

Les Etats devraient prendre des mesures à la hauteur, s’ils ne l’ont déjà fait, pour accélérer le changement.

La conférence Mondiale sur les Peuples Autochtones, promulguée par les Nations unies comme événement de l’année 2014 devrait être regardée comme un temps pour une réflexion importante.

Cette occasion importante marquera la fin de la deuxième décennie sur les Peuples Autochtones du Monde.

Cette conférence mondiale donnera la même opportunité aux Etats et aux Peuples Autochtones d’examiner les efforts, les réussites et les insuffisances de la mise en œuvre  des droits des Peuples Autochtones du monde ces deux dernières décennies.

En Australie, au court des cinq dernières années, l’Etat a renversé sa position  vis-à-vis de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones.

En 2009, le gouvernement d’Australie a annoncé son soutien à la Déclaration, après avoir voté contre on adoption en 2007 à l’Assemblée Générale.

Le gouvernement a apporté un soutien tangible à l’établissement du Congrès National des Peuples Premiers d’Australie, une organisation créée en accord avec l’article 18 de la Déclaration.

Le gouvernement a également commandé une révision de la Constitution d’Australie de manière à reconnaître les Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres en tant que Peuples Premiers d’Australie.

Une troisième initiative du gouvernement est l’établissement du « Cadre des Droit de l’Homme » comme politique du gouvernement.

Ce cadre inclut, entres autres, la formation des membres et représentants du gouvernement aux obligations internationales souscrites par l’Australie et l’établissement d’un comité parlementaire des standards qui doit réviser les lois du parlement national pour assurer leur conformité aux standards des droits de l’homme.

Suite à l’examen des droits de l’homme en Australie en 2011 dans le cadre de la procédure d’Examen Périodique Universel du Conseil des Droits de l’Homme, l’Australie réfléchit à la ratification de la Convention n°169 de l’OIT, un traité international qui traite des droits des peuples autochtones.

Ces initiatives spécifiques doivent encore apporter des bénéfices avérés aux Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres mais elles ont un potentiel sérieux.

L’Australie n’a pas encore décrit son mode de gouvernement à l’égard des questions autochtones dans les termes de la Déclaration (mis à part l’affirmation de pure forme d’une conformation globale avec cet instrument).

Les Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres sont indéniablement confus quant à la manière dont l’Etat s’est occupé, ou doit s’occuper, de mettre en œuvre de la Déclaration.

Des efforts accrus sont nécessaires afin de décrire les priorités gouvernementales et les actions administratives au regard des articles spécifiques sur les droits de l’homme inscrits dans la Déclaration.

Il n’est pas contestable que les Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres en Australie ont un haut niveau de conscience de l’existence de la Déclaration des Nations unies sur les Droits des Peuples Autochtones ainsi que l’idée que les Nations unies vont continuer à examiner l’exercice des droits et libertés des Peuples Autochtones dans le monde.

Cela a été amplement démontré au cours des cinq dernières années dans de nombreux rapports des Nations unies qui traitent de l’Australie et des droits des Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres.

Cependant, l’absence, parmi notre population , d’une compréhension claire des droits spécifiques exprimés dans la Déclaration, ou de la corrélation entre de tels droits avec des articles ratifiés dans les traités internationaux des droits de l’homme, est problématique.

Plus spécifiquement, la définition des « peuples » n’est pas comprise et souvent interprétée de manière incorrecte.

Le terme « peuples » doit être compris dans le contexte du droit international et de la gouvernance globale.

Une compréhension plus claire de la manière dont le droit à l’autodétermination se manifeste et peut s’exercer est essentielle, afin d’éviter une rupture d’unité entre les sous-groupes et une pénétration en profondeur d’intérêts sectaires.

Au niveau national, on entend des appels à des programmes complets permettant de sensibiliser et d’améliorer la compréhension de la Déclaration par les Aborigènes et les Insulaires du détroit de Torres.

De la même manière, les efforts doivent être accrus afin de sensibiliser les nombreuses agences gouvernementales de façon qu’elles fassent en sorte que les provisions de la Déclaration pertinentes soient prises en compte et mènent à une réforme des lois, des politiques publiques et des programmes.

La Commission Australienne des Droits de l’Homme collabore avec le Congrès National des Peuples Premiers d’ Australie et l’Organisation des Peuples Autochtones à la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour sensibiliser le public et accroître la compréhension de la Déclaration sur les Droits des Peuples Autochtones.

En contemplant le passé, nous devons nous rappeler le temps si long qu’a pris la reconnaissance de nos droits en tant que Peuples Autochtones dans le droit international et la gouvernance globale.

Cinq ans après, il est temps pour les peuples Aborigènes et Insulaires du détroit de Torres d’être plus vigoureux dans l’exercice de ces droits et libertés.

Cet article, publié dans Citoyenneté, Constitution/législation nationale, Droit international, Institutions internationales, Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s