Radio : Podcast de l’émission « Culturesmonde » intitulée « De Kirchner à Castro : les gauches latines (4/4) – L’épreuve indigène » sur France Culture le 16 mai 2013

Le podcast de l’émission est en ligne ici

Invités

Laurent Lacroix, post-doctorant au sein de l’équipe Scales of Governance & Indigenous Peoples (programme ERC SOGIP, IIAC/LAIOS – EHESS), chercheur associé au Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques (CREDA, UMR 2772), président de la Bolivian Studies Association.

Patrick Bard, photojournaliste et romancier

Matthieu Le Quang, chercheur à l’Institut des Hautes Etudes Nationales de Quito, Equateur.

 Présentation de l’émission

 (Source : Site de France Culture)

Aujourd’hui, le pays le plus avancé en matière de droits des peuples indigènes est la Bolivie. L’élection d’Evo Morales – homme de gauche s’il en est – en étant le signe le plus révélateur. Il remporte l’élection présidentielle en 2005 alors qu’il est à la tête d’un parti qu’il a créé : le MAS (Le Mouvement vers le socialisme – Instrument politique pour la souveraineté des peuples) Morales est issu d’une famille pauvre de paysans amérindiens, issu du peuple Aymara. Il fut obligé d’arrêter l’école pour gagner sa vie (il fut peintre, boulanger, maçon etc.) et son arrivée au pouvoir fut un signe fort – dans toute l’Amérique latine – pour la reconnaissance des droits des peuples indigènes.

De fait, mouvements indigènes et partis de gauche ont lutté ensemble au cours des dernières décennies. Quel bilan peut-on faire de la politique de Morales ? Qu’a-t-il apporté à la cause indigène ? Une nouvelle constitution tout d’abord, pour l’Etat « plurinational » de Bolivie, un texte adopté en 2009 qui donne les droits plus poussés aux peuples autochtones, bien plus que dans tous les autres pays de la région. Quelle traduction dans les faits ? Là c’est plus compliqué car la politique de développement industriel du MAS (le Mouvement vers le socialisme, parti de Morales) se heurte aux mouvements indigènes concernés par les extractions de matières premières sur leurs terres. L’exemple le plus emblématique étant sans doute le conflit dit du Tipnis, la construction d’une route sur un parc naturel en théorie protégé, qui a généré des épisodes de violence en 2011. Quelles sont les traces de ce conflit aujourd’hui ? Est-il totalement terminé ?

 Même ambiance au Venezuela, en Equateur, au Brésil : le développement économique, la mise en valeur de régions riches en matières premières se heurte aux aspirations des communautés de voir leurs territoires protégés. Comment les gouvernements de gauche gèrent-ils cette contradiction ?
Au-delà des spécificités de chacun de ces dossiers, une question transversale : la question de l’indigénisme en Amérique latine ne force-t-elle pas les gouvernements progressistes à revoir leur copie au niveau du modèle économique extractiviste ? Les populations indigènes sont-elles vraiment les grandes gagnantes de la « décennie de gauche » en Amérique latine ?

Autres podcasts de la thématique ‘“De Kirchner à Castro : les gauches latines” – émission Culturesmonde de Florian Delorme :

 De Kirchner à Castro : les gauches latines (3/4) – Les modèles économiques en question

De Kirchner à Castro : les gauches latines (2/4) – La boussole cubaine

De Kirchner à Castro : les gauches latines (1/4) – Les racines idéologiques

Cet article, publié dans Constitution/législation nationale, Mouvements autochtones, Participation politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s