Soutenance de thèse : Le politique du développement. Les usages politiques des savoirs experts et de la participation des populations indiennes au Mexique, Lille le 6 décembre 2013

Raphaëlle Parizet soutiendra sa thèse intitulée  Le politique du développement. Les usages politiques des savoirs experts et de la participation des populations indiennes au Mexique, le vendredi 6 décembre à 14h.

Salle des Actes (Bâtiment T, 1er étage) de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales, Campus Moulins, Université Lille 2, 1 place Déliot à Lille.

Thèse pour obtenir le grade de docteur en science politique, préparée sous la direction de M. Olivier Nay, professeur de science politique.

Membres du jury :

Irène Bellier, Directrice de Recherches au cnrs ehess-iiac-laios                                         Jean-Gabriel Contamin, Professeur des universités à l’Université Lille 2
Camille Goirand, rapporteure, Professeure des universités à l’Université Paris 3
Laurent Jeanpierre, rapporteur, Professeur des universités à l’Université Paris 8
Olivier Nay, directeur de thèse, Professeur des universités à l’Université Paris 1

Résumé :

Mot valise véhiculé par les agences internationales, la notion de « développement avec identité » traduit une volonté de prendre en compte les spécificités locales et culturelles des populations autochtones et la promotion d’une approche en terme de développement, présenté comme universel et apolitique. C’est cette contradiction que cette thèse propose d’explorer. À partir du cas mexicain, il s’agit de comprendre comment les dispositifs de développement fonctionnent comme des instruments de connaissance, mais également comme des instruments performatifs par leurs inductions prescriptives et les usages sociaux qui en sont faits. Au final, le « développement avec identité » renvoie à un « art de gouverner » les populations marquées par une disqualification sociale. Celui-ci s’appuie sur deux volets : l’élaboration de savoirs spécifiques sur ces populations et la participation des individus et groupes autochtones aux dispositifs de développement. Cette thèse propose une contribution sociologique à l’analyse du développement et aux travaux sur la question autochtone. Cette étude de la circulation des discours, des instruments et des pratiques du développement se fonde sur une enquête ethnographique de trois espaces où se construisent, s’élaborent et se mettent en pratique les dispositifs du développement autochtone au Mexique : le bureau du Programme des Nations unies à Mexico, l’instance nationale en charge de l’action publique de développement des populations autochtones, et enfin des groupes sociaux de la région du Chiapas dans lesquels des dispositifs de développement sont également élaborés et mis en œuvre.

Mots clefs :

développement – disqualification sociale – gouvernementalité – indianité – indicateurs – Mexique – participation – pauvreté – populations autochtones – savoirs experts.

Cet article, publié dans Droit international, identité, Institutions internationales, Mouvements autochtones, Participation politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s