Mexique : le Congrès national autochtone se remobilise aux côtés des zapatistes. Contribution de Bruno Baronnet

Alors que les menaces s’intensifient sur les terres et les ressources des régions habitées par plus de 15 millions d’autochtones, une nouvelle initiative pacifique des zapatistes convoque des milliers d’activistes du pays et du monde entier à venir au Chiapas pour apprendre en direct ce que les rebelles du Sud-est mexicain entendent par « Liberté ». Les peuples autochtones sont conviés à se remobiliser au plan national et international pour défendre et mettre en place les droits collectifs.

 Lors des festivités de commémoration du 20ième anniversaire du soulèvement armé des autochtones au Chiapas (1er janvier 1994) les dirigeants actuels de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) ont rappelé que le mouvement oriente ses actions collectives vers l’apprentissage de l’exercice des droits à l’autonomie, ainsi que le décrit le livre Luchas muy otras” (disponible en pdf). Devant des centaines de bases d’appui maya et de sympathisants, la Sous-Commandante Hortensia, membre du peuple tsotsil, a déclaré : « Nous sommes en train d’apprendre à nous gouverner en accord avec nos manières de penser et de vivre ».

Discours de la Commandante Hortensia, dans la nuit du 31 décembre 2013 au 1er janvier 2014 (en espagnol). Source: Koman Ilel.

A trois décennies de sa création clandestine, l’EZLN a pris l’initiative d’inviter les représentants des peuples autochtones – du Mexique et au niveau international— à participer à une nouvelle activité. Dénommée la Escuelita (petite école), l’entreprise vise à montrer ce que signifie l’autonomie dans la pratique et la vie quotidienne des Tsotsil, Tseltal, Chol et Tojolabal, présents dans environ un millier de villages du Chiapas (voir les articles de presse mentionnés plus bas). En août et en décembre 2013, ainsi que les jours qui suivirent la commémoration du soulèvement dans les chefs lieux des cinq régions zapatistes (Caracoles), plusieurs milliers d’ « étudiants » activistes mexicains et étrangers, proches de l’EZLN, ont suivi un premier « cours » intitulé « La liberté selon les zapatistes », chacun étant invité dans une famille de l’un des 27 municipes autonomes. Ces premières classes de formation politique sont réservées aux non-autochtones dans la mesure où, selon la formule du Sous-commandant Marcos (juin 2013) : « les peuples originaires du Mexique et du monde, principalement d’Amérique latine, […] ont été, et sont, nos maîtres »… « nous n’avons rien à leur apprendre » (voir les sites sur le zapatisme cités plus bas).

"Nuevas autoridades" (nouvelles autorités)  par"Más de 131", janvier 2014

« Nuevas autoridades » (nouvelles autorités) par « Más de 131 », janvier 2014

L’année 2013 a connu une relance des activités de mobilisation du Congrès national autochtone (Congreso Nacional Indígena – CNI) en marge des préparatifs et du déroulement des premières sessions de la Escuelita. Créé dans le sillon des négociations postérieures au soulèvement de 1994, le CNI articule plusieurs dizaines d’organisations autochtones, indépendantes des trois principaux partis politiques du pays. Sa légitimité provient surtout de la ténacité des luttes locales contre les effets d’un nombre croissant de projets miniers, d’exactions des narcotrafiquants dont témoigne l’augmentation des actes de criminalisation des luttes autochtones par rapport à l’année antérieure (voir le Rapport Mondes Autochtones 2012 de IWGIA sur le site du GITPA ). Une effroyable série d’abus dont sont aujourd’hui victimes les autochtones a été exposée publiquement lors de la « Chaire tata Juan Chavez » qui porte le nom du leader purépecha récemment décédé, renforçant ainsi le rôle du CNI comme « lieu de convergence et d’appui mutuel entre ces multiples luttes indiennes » pour reprendre les paroles de Jérôme Baschet dans un entretien publié ce 1er janvier. La majeure partie des dénonciations concerne les atteintes aux territoires et aux droits autochtones qui ont fait l’objet de multiples réunions régionales et de mobilisations au Mexique lors de la seconde partie de l’année 2013.

Alors que la presse était absente des Caracoles le 31 décembre 2013, le discours de la Commandante Hortensia a dénoncé précisément les spoliations de terres et de ressources naturelles, les déplacements forcés et des persécutions. A l’heure où le gouvernement mexicain a annoncé que, en février 2014, une proposition de loi reprendrait la question des droits collectifs des peuples autochtones, les discours des organisations du CNI recourent plus couramment à l’idée d’une nouvelle législation à partir des Accords signés en 1996 à San Andrés qui sont basés sur la Convention 169 de l’OIT, semblant ignorer en quelque sorte que le Mexique est signataire de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones (2007) et qu’il abritera à cette date une réunion préparatoire à la Conférence mondiale sur ce thème. Quand bien même Mexico tente de se poser en grand articulateur entre les Etats et le mouvement international et ses demandes, l’expérience chiapanèque de démocratie communautaire inspire d’autres organisations mexicaines en faisant tache d’huile malgré les répressions. En 2014, les peuples autochtones du Mexique préparent leur ré-articulation au sein du CNI afin de poursuivre des luttes autonomistes dont l’éthique zapatiste représente un horizon attrayant.

Pour en savoir plus

 Articles de journalistes indépendants à l’occasion des 20 ans du soulèvement autochtone (en espagnol) :

– Luis Hernandez Navarro, “Zapatismo: la riqueza de la dignidad”, La Jornada, 31 décembre 2013. http://www.jornada.unam.mx/2013/12/31/politica/017a1pol

– Hermann Bellinghausen, “Los combates duraron 12 días; la lucha sigue”, La Jornada, 31 décembre 2013. http://www.jornada.unam.mx/2013/12/31/politica/036n1pol

– José Gil Olmos e Isain Mandujano, “Lanza EZLN nuevo llamado a la rebeldía”, Proceso, 1er janvier 2014. http://www.proceso.com.mx/?p=361394

– José Gil Olmos, En el EZLN, “hemos cometido errores… errores grandísimos”, Proceso, 1er janvier 2014. http://www.proceso.com.mx/?p=361396

Sites d’information sur les expériences d’autonomie et le zapatisme :

– Communiqués de l’EZLN et dénonciations des Conseils de Bon Gouvernement (multilingue) : http://enlacezapatista.ezln.org.mx

– Centre de Documentation sur le Zapatisme (en espagnol) : http://www.cedoz.org

– Comité de Solidarité avec les Peuples en lutte du Chiapas (en français) : http://cspcl.ouvaton.org

– Réseau de recherche thématique « Peuples Autochtones » de l’AFEA (en français): http://reseaupeuplesautochtones.org/2014/01/05/dossier-sur-les-20-ans-du-soulevement-zapatiste-au-mexique/

– Témoignages d’étudiants de la « Escuelita » zapatiste (août 2013, en espagnol) : http://zapatismoyautonomia.wordpress.com/2013/12/19/escuelita/

– Réseaux sociaux (en espagnol): Escuelita Zapatista : https://www.facebook.com/EscuelitaZapatista

Entretien avec Jérôme Baschet (EHESS/Université Autonome du Chiapas) sur le site du Centre Tricontinental (Belgique) qui fait le point après 20 années de résistance : http://www.cetri.be/spip.php?article3314&lang=fr

 Ouvrage collectif sur les expériences d’autonomie zapatiste : Luchas « muy otras ». Zapatismo y autonomía en las comunidades indígenas de Chiapas. http://zapatismoyautonomia.files.wordpress.com/2013/12/luchas-muy-otras-2011.pdf

*******

Bruno Baronnet, enseignant chercheur à l’Université de Veracruz (Mexique) et chercheur associé LAIOS-IIAC : http://brunobaronnet.wordpress.com / Membre du Réseau thématique “Peuples Autochtones” de l’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie : http://reseaupeuplesautochtones.org

Cet article, publié dans Mouvements autochtones, Participation politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s