Publication : Droits Humains, tourisme et peuples autochtones en Amérique du Sud

Derechos Humanos, Turismo y Pueblos Originarios

Garcia Palacios, Carlos. Barcelona: Editorial Astro Uno, 2014, ISBN 978-84-939987-5-2.

[FRA] 40 à 50 millions d’autochtones vivent en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ils représentent 8 à 10 % de la population totale de ces deux régions. Ces peuples marginalisés pendant des siècles ont resurgi avec force à partir des années 1970, soutenus dans leurs revendications par des instruments internationaux comme la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail (1989) et la Déclaration de l’Organisation des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (2007).

Dans ce nouveau contexte, de nombreuses communautés autochtones se sont engagées dans l’activité touristique, dénommée localement tourisme « autochtone » ou « communautaire ». Celui-ci paraît propice à l’interaction, à la connaissance et la découverte de la Nature et des cultures locales, au respect de celles-ci par l’engagement en termes de respect et de participation à la conservation de leurs ressources et de la diversité biologique et culturelle.

En considérant que le tourisme repose sur deux piliers, l’aspect socioculturel et la réactivation économique, ces expériences peuvent apparaître comme une heureuse décision. Toutefois, l’ouvrage nous montre qu’il existe plus d’ombres que de lumières dans tous ces projets en soulignant la négligence des organismes étatiques, la méconnaissance des principaux instruments de régulation et de vigilance ainsi qu’une absence totale du thème des « droits » dans ces entreprises nouvelles ou plus anciennes.

 

[ESP] En América Latina y el Caribe, residen entre 40 y 50 millones de indígenas, los cuales representan entre el 8% y el 10% de la población total de la región. Estos pueblos marginados durante siglos han resurgido a partir de los años 70 con una inusual fuerza reivindicativa, ayudados por instrumentos internacionales -no todos de carácter vinculante- como el Convenio 169 de la Organización Internacional del Trabajo (OIT) o la declaración de la Organización de las Naciones Unidas (ONU) del año 2007.

Ante este nuevo escenario, no son pocas las comunidades que empezaron a incursionar en la actividad turística, bajo el denominado turismo indígena o comunitario, el cual propicia interactuar, conocer, apreciar la naturaleza y la cultura de sus anfitriones, con el compromiso de respetar y participar en la conservación de sus recursos y de su diversidad biológica y cultural. Ahora bien, teniendo en cuenta que el turismo se sustenta en dos pilares: el aspecto sociocultural y la reactivación económica, esta sería una acertada decisión. Sin embargo la presente obra nos demuestra que hay más sombras que luces en todos estos proyectos, prevaleciendo la desidia por parte de los organismos estatales, el desconocimiento de los principales instrumentos de regulación y vigilancia y una ausencia total del tema “Derechos” en los nuevos y antiguos emprendimientos.

Accéder à l’ouvrage[ESP]

Cet article, publié dans Citoyenneté, Culture, Environnement, identité, Langue, Ressources naturelles, Territoire, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s