Publication en ligne: Huellas y senderos , informe final de los resultados del Relevamiento Territorial, histórico, social y cultural de la comunidad mapuce Lof Paicil Antriao. Récits et cadastre de l’occupation traditionnelle territoriale du Lof Paicil Antriao

tapa relevamientoEn Argentine, jusqu’à la reconnaissance des droits des peuples autochtones aux terres et territoires occupées traditionnellement (réforme constitutionnelle de 1994), le principe général appliqué aux terres autochtones a été celui de la négation d’une propriété autochtone. La majeure partie des terres occupées par les populations autochtones ont été ainsi destinées à la fondation de villes, parcs nationaux ou vendues à des particuliers.  La loi 26.160 de 2006, dite d’urgence en matière de terres autochtones, prorogée jusqu’en 2016, charge les provinces d’élaborer un cadastre des terres autochtones afin  de procéder à la régularisation du foncier.  (Voir rapport d’ENDEPA sur l’avancée du programme de cadastre des terres autochtones sur l’ensemble de l’Argentine). A Neuquén, la convention visant à mettre en œuvre la loi 26.160 n’a été signée qu’en 2012.

Le présent excellent ouvrage “Huellas y senderos ”, informe final de los resultados del Relevamiento Territorial, histórico, social y cultural de la comunidad mapuce Lof Paicil Antriao, édité par l’ODHPI et  disponible en ligne, est le résultat du profond travail collaboratif réalisé avec les membres de cette communauté  autochtone autour de la reconstitution de l’occupation traditionnelle des familles du  Lof Paicil Antriao dont une partie du territoire ancestral  a été incorporé au Parc national Nahuel Huapi, a servi à la fondation de Villa Angostura dont la place principale repose sur un cimetière mapuche (eltuwe) et fait aussi l’objet de disputes avec des particuliers absents mais titulaires de titres de propriété fonciers.

 Un passionnant, bouleversant et très utile ouvrage de reconstitution  historique, basé sur la tradition orale mapuche qui offre de riches récits et de nombreuses cartes de l’occupation traditionnelle dans le temps des différentes espaces utilisés, retrace les différents étapes des violentes spoliations et expulsions territoriales affrontées jusqu’à aujourd’hui, et manifestent la force du lien de ces familles à leur territoire et à la préservation de leur culture et traditions, documentées dans l’étude. Ces récits sont habilement complémentés par la présentation du cadre juridique de reconnaissance des droits des peuples autochtones dans la Province et les différents procès civils et pénaux incessamment présentés contre les membres de la communauté par des particuliers qui remettent en cause leurs droits sur leurs terres ancestrales.

Télécharger la publication, ici

D’autres posts sur la situation de la communauté mapuche lof Paicil Antriao sur ce site :

https://sogip.wordpress.com/2011/04/12/argentine-nouvelle-decision-de-la-commission-americaine-des-droits-de-lhomme-en-faveur-de-la-communaute-mapuche-pachil-antriao/

https://sogip.wordpress.com/2013/04/02/argentine-neuquen-application-dune-resolution-de-la-commission-interamericaine-des-droits-de-lhomme-par-la-chambre-dappel-de-san-matin-de-los-andes/

Cet article, publié dans Culture, Droit international, Justice, Territoire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s