Ouvrage : Une écologie politique des territoires tsimane’ d’Amazonie bolivienne : “Notre grande maison”

une-ecologie-politique-des-territoires-tsimane-d-amazonie-boliviennePatrick Bottazzi, Une écologie politique des territoires tsimane’ d’Amazonie bolivienne : “Notre grande maison” , Karthala, Institut de hautes études internationales et du développement, 2014. Avec une préface d’Irène Bellier.

Présentation

Présentation sur le site de  l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève.

Depuis le début des années 1980, la Bolivie est le théâtre de transformations politico-territoriales profondes ayant des impacts importants sur les peuples autochtones.

Des mobilisations internationales, des mouvements nationaux ou des actions locales ont permis la titularisation de près de 19 millions d’hectares au bénéfice de ces populations. De plus, une grande majorité des législations boliviennes intègre désormais les peuples autochtones comme sujet juridique à part entière. Ces réformes ne marquent pas qu’un renforcement des droits de possession sur le sol et sur les ressources naturelles, mais s’accompagnent aussi de la mise en place d’instances politiques autochtones autonomes.

Au terme d’un long travail de terrain au cœur de l’Amazonie bolivienne, Patrick Bottazzi reconstitue et évalue les processus d’élaboration ainsi que les impacts de ces réformes dans les territoires autochtones Tsimane’ et Pilón Lajas.

Publié en coédition par les Publications de l’Institut et Karthala (Paris), Une écologie politique des territoires tsimane’ d’Amazonie bolivienne : “Notre grande maison”  démontre que l’opposition entre les politiques de développement et de conservation renforce et cristallise un phénomène de segmentation institutionnelle locale basée sur un référentiel ethnicisé.  D’où il ressort que la « grande maison », comme les  Tsimane’s désignent  leur territoire, se retrouve prise en étau entre des « ordres éco-institutionnels » segmentés.

Cette recherche mêlant données historiques et réflexion théorique permet d’éclairer les enjeux actuels du projet d’autonomie territoriale autochtone entamées par le président Evo Morales.

Patrick Bottazzi est titulaire d’un doctorat en études du développement de l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève. Ses travaux de sociologie rurale portent sur l’Afrique de l’Ouest et l’Amérique latine. Il est chercheur au Centre interdisciplinaire pour le développement durable et l’environnement de l’Université de Berne et enseigne à l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne.

Critique des experts

« La matière présentée est exceptionnelle. La recherche de terrain effectuée par M. Bottazzi est approfondie et détaillée. Il présente des hypothèses et des résultats d’une grande originalité, qui feront autorité sur cette région et ce sujet durant longtemps. »

Marc Hufty | Professeur honoraire à l’IHEID

« L’auteur nous entraîne dans une étude passionnante d’écologie politique pour nous montrer les enjeux politiques, juridiques, sociaux et économiques devant lesquels se trouve l’Etat plurinational de Bolivie pour définir une relation plus équilibrée avec les peuples autochtones qui sont partie prenante de sa transformation. »

Irène Bellier | Directrice de recherches au CNRS

Présentation sur le site de Karthala

 

Cet article, publié dans Droit international, Environnement, Mouvements autochtones, Participation politique, Ressources naturelles, Territoire, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s