SEMINAIRE : 1ère séance du séminaire de recherche «Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones» (années 2014/2015)

La 1ère séance du séminaire SOGIP coordonné par : Irène Bellier, Directrice de Recherche au CNRS, IIAC/LAIOS et Verónica González González, postdoctorante LAIOS-SOGIP aura lieu le  13 novembre 2014. La séance aura pour thème : La citoyenneté et les peuples autochtones.

Présentation générale du séminaire : Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones – années 2014-2015 : participation politique et citoyenneté

2ème jeudi du mois de 9 h à 13 h, EHESS, salle du Conseil A, bâtiment Le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris), du 13 novembre 2014 au 16 avril 2015. Ouvert à tous.

Le séminaire se déroulera autour de 6 séances : 13 novembre 2014, 11 décembre 2014, 8 janvier 2015, 12 février 2105, 12 mars 2015 et le 16 avril 2015 (A la place du 9 avril, le 16 avril se tiendra la dernière séance du séminaire dans le cadre de la conférence SOGIP qui aura lieu du 15 au 17 avril au France.)

Le séminaire de l’équipe SOGIP (ERC 249 236, IIAC-LAIOS) examine les perspectives ouvertes par l’adoption en 2007 de la Déclaration des Nations-Unies sur les Droits des Peuples autochtones (DDPA). Cette année, il aura comme principal horizon de réflexion l’exercice par les peuples autochtones de leurs droits civils et politiques et, dans un sens large, de la citoyenneté. Ces groupes historiquement mis aux marges de la société et de l’Etat, se sont souvent mobilisés pour demander un traitement égalitaire. Leurs demandes ont abouti, dans différents cas, à des propositions de modèles de citoyenneté qui, tout en reconnaissant le caractère universel de la citoyenneté et l’importance des droits de l’homme à caractère individuel, soulèvent le besoin de reconnaître des particularités culturelles et ethniques, ainsi que des droits collectifs comme une condition nécessaire à la garantie d’une citoyenneté effective, et inclusive. La DDPA énonce les bases d’une telle citoyenneté, qui se veut également respectueuse des institutions politiques dont les peuples autochtones se sont dotés pour se gouverner. La mise en place des modèles de citoyenneté culturelle comporte autant d’opportunités que de risques pour la consolidation des projets politiques. L’exercice des droits politiques et civils des peuples autochtones rencontre, au niveau pratique, de nombreuses contradictions que nous essaierons d’identifier au cours des différentes séances.

Séance 1 : 13 novembre 2014 : La citoyenneté et les peuples autochtones

Intervenants – séance 1 :

Irène Bellier (Directrice de Recherche au CNRS, IIAC-LAIOS)

Verónica González González (postdoctorante LAIOS-SOGIP)

Rowena Dickins Morrison (post-doctorante LAIOS-SOGIP)

Ferrán Cabrero (expert régional du PNUD et Professeur universitaire associé FLACSO Equateur)

Présentation – séance 1 :

Le besoin d’affirmer des droits civils et politiques constitue, aujourd’hui, un horizon que partagent beaucoup de mobilisations autochtones au monde. Cela a ouvert de grands débats et de nombreux questionnements autour de la citoyenneté et des droits politiques de ces peuples, que l’on abordera dans cette séance. Dans un premier moment, nous analyserons la dimension internationale, relative aux dispositions du droit international à propos des droits politiques des peuples autochtones (les Pactes sur les droits civils et politiques, et sur les droits économiques, sociaux et culturels, la Déclaration, la Convention 169). Cette séance nous conduira à situer les peuples autochtones par rapport aux débats relatifs à la citoyenneté, tout en analysant comment l’introduction dans les arènes politiques des revendications autochtones aboutit à de nouvelles conceptions de la citoyenneté.
On analysera la citoyenneté à la lumière de deux études de cas identifiant les problématiques auxquelles font face les peuples autochtones quand ils veulent mettre en place leurs droits politiques. La première étude présentera les analyses de l’équipe SOGIP autour de la participation et l’action des peuples autochtones dans les institutions internationales, en prenant comme exemple le cas de la Conférence mondiale sur les populations autochtones qui eut lieu en septembre, 2014. Les controverses relatives à la participation des autochtones dans l’ensemble du processus, ainsi que la présentation du contenu du document final résultant de cette Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies, nous permettront d’explorer les enjeux de la participation des peuples autochtones à ce moment là, pour dégager ses éventuelles répercussions à plus grande échelle.

Le deuxième cas se focalisera sur le sous-continent latino-américain, une région où des partis politiques autochtones firent leur entrée dans le scénario politique des années quatre-vingt-dix et suivantes. A partir d’une analyse du parti Pachakutik en Equateur, du MAS bolivien, enrichie par des exemples dans d’autres pays de la région, nous nous demanderons si nous sommes en présence de la fin des partis autochtones, ou des partis à base ethnique en Amérique latine, et ce que cela signifie. Nous analyserons les répercussions de la concurrence dans les processus électoraux et leurs effets sur la mobilisation autochtone.

Résumés/programme – séance 1 :

Irène Bellier et Verónica González González : Introduction générale

Irène Bellier et Rowena Dickins Morrison (post-doctorante LAIOS-SOGIP) : La « Conférence mondiale sur les peuples autochtones » et les enjeux de la participation des peuples autochtones sur la scène internationale
Les 22 et 23 septembre 2014, l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) a tenu la première Réunion plénière de haut niveau de son histoire qui soit dédiée aux peuples autochtones, dite « Conférence mondiale sur les peuples autochtones ». Dès le début, la participation des peuples autochtones s’est avérée d’une importance centrale dans l’élaboration de cette Conférence : d’abord, en raison de la démarche procédurale suivie par l’AGNU (notamment à travers son Président) pour organiser la réunion/conférence rassemblant les Chefs d’état et de gouvernement et les représentants des peuples autochtones, et ensuite pour les questions de fond traitées lors de la Conférence et dans son document final. Ce document final a un poids certain, ayant le même statut juridique que la Déclaration des droits des peuples autochtones (2007). Cette intervention explore les enjeux de la participation des peuples autochtones au niveau international à travers l’analyse de ce dernier processus, la Conférence mondiale représentant une nouvelle étude de cas dont l’analyse nous permettra de dégager ses éventuelles répercussions à plus grande échelle.

Ferrán Cabrero (expert régional du PNUD et Professeur universitaire associé FLACSO Equateur)

Dans les années quatre-vingt-dix du XXème siècle, des partis politiques autochtones font leur entrée dans le scénario politique latino-américain et des Caraïbes. Dans plusieurs pays les organisations autochtones décident d’entrer dans l’arène politique électorale. C’est le cas du parti Pachakutik en Equateur, qui était, en grande mesure, le bras électoral de la Confédération de nationalités autochtones de l’Equateur (CONAIE, l’une des plus grandes organisations autochtones en Amérique latine). L’entrée des organisations autochtones dans la machinerie institutionnelle entraîna beaucoup de défis et de dangers pour l’ensemble du mouvement autochtone, comme l’ont signalé quelques-uns de ses membres et leaders. A la lumière des résultats du processus électoral de février 2013 en Equateur, qui confirment la défaite de Pachakutik, nous devons revenir sur la littérature académique sur le sujet pour nous demander si nous sommes en présence de la fin des partis autochtones. En fait, si la décision de concourir dans le processus électoral a constitué l’une des expressions politiques d’un des plus puissants mouvements sociaux en Amérique latine, cela a aussi contribué, en partie, à débiliter la mobilisation autochtone. L’analyse que Ferrán Cabrero présentera à propos du Pachakutik sera mis en perspective avec d’autres cas, tel que le MAS bolivien et les élections présidentielles qui eurent lieu cette année dans ce pays, et d’autres en Amérique latine.

Séance 2 : 11 décembre 2014 : Reconfigurations de l’état face aux revendications autochtones : l’état multiculturel et l’état binational mis en perspective

Intervenants – séance 2 :

Natacha GAGNE (Professeure agrégée, Université Laval),
Vuokko HIRVONEN (Professeure, Sami University College)
Akuavi ADONON-VIVEROS (à confirmer)

Séance 3 : 8 janvier 2015 : Les peuples autochtones face aux institutions : problématiques de subjectivation autour de « l’Indien permis » : la question des papiers, de l’état civil et des projections politiques

Intervenants – séance 3 :

Leandro VARISON-COSTA (Jeune docteur, LAPJ)
Leslie CLOUD (doctorante, LAIOS-SOGIP)
Stéphanie GUYON (maîtresse de conférences, Université de Picardie/LAIOS-SOGIP)

Séance 4 : 12 février 2105 : Gouvernance globale et citoyenneté locale

Intervenants – séance 4 :

Tassadit YACINE (Directrice d’études, EHESS-LAS)
Akiyo AFOUDA (Officier aux droits de l’homme, Union internationale parlementaire)
Carlos AGUDELO (à confirmer)

Séance 5 : 12 mars 2015 : Les défis de la participation politique

Intervenants – séance 5 :

David RECONDO (Maître de conférences, Sciences-Po Poitiers)
Jean-Pierre CHAUMEIL (Directeur de recherche émérite, CNRS)
Alpa SHAH (Professeure, London School of Economics)

Séance 6 : 16 avril 2015 : Citoyenneté autochtone : les enjeux de la reconnaissance des droits politiques. Séance d’avril en même temps que la conférence finale

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour SEMINAIRE : 1ère séance du séminaire de recherche «Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones» (années 2014/2015)

  1. @ dit :

    A reblogué ceci sur Réseau Peuples Autochtoneset a ajouté:
    Droits des peuples autochtones: participation politique et citoyenneté (LAIOS-SOGIP)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s