Compte-rendu du livre « Peuples autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance » paru dans la revue ethnographiques

couv_miniCompte-rendu de l’ouvrage collectif « Peuples autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance » dirigé par Irène Bellier et publié chez  L’Harmattan en 2013. Un compte-rendu par Anne Lavanchy paru dans la revue en ligne Ethnographiques.org, le 11 décembre 2014.

Quelle est la situation des peuples autochtones après la proclamation par l’ONU de deux décennies consécutives leur étant consacrées (1995-2005 ; 2005-2015) ? Quels sont les enjeux de la mise en pratique des instruments juridiques de reconnaissance suite à l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur leurs droits (2007) ? Comment rendre ces droits effectifs ? Telles sont les questions abordées dans les dix-sept contributions rassemblées par Irène Bellier, dont une préface par Rodolfo Stavenhagen, l’ancien rapporteur pour les peuples autochtones auprès des Nations unies.

Les articles de cet ouvrage collectif sont organisés selon deux axes. La première partie d’entre eux s’intéresse aux enjeux politiques des processus de catégorisation ; la seconde moitié de l’ouvrage est consacrée aux interactions entre le droit, et notamment les dispositifs légaux internationaux, et le politique. La dimension juridique se trouve de fait au cœur de la thématique autochtone. Il n’est donc pas surprenant que les contributions jettent un éclairage sur les états-nations, en interrogeant leurs contours, leurs diverses territorialisations et, enfin, les limites à l’intérieur desquelles s’exerce leur pouvoir (délégation, reconnaissance de souveraineté).

Si l’ouvrage a l’ambition de couvrir l’autochtonie dans sa dimension mondiale, une majorité des textes concerne les Amériques, dans lesquelles cette thématique connaît un écho particulièrement retentissant, et trouve d’ailleurs son origine. Les divers ancrages institutionnels et disciplinaires des auteur-e-s illustrent aussi l’ampleur de la problématique : anthropologues, sociologues, juristes, avocat.e.s et acteurs/actrices autochtones offrent des perspectives variées qui rendent compte de la complexité de la question autochtone, et des formes qu’elle prend au gré des contextes nationaux, politiques et économiques. Lire la suite

Source : Ethnographiques.org

Cet article, publié dans Droit international, Participation politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s