France : délégation officielle d’Amérindiens de Guyane à Paris, novembre 2016

Un dossier élaboré par Barbara Glowczewski, anthropologue et membre du Conseil scientifique de Sorosoro, et Rozenn Milin, directrice de Sorosoro.

Colloque au Sénat le 30 novembre 2016

Invités à un colloque au Sénat à Paris, ils sont venus en délégation des six peuples : Kali’na, Lokorno (Arawaka), Paykwene, Teko, Wayãpi et Wayana, premières nations de Guyane française.drapeau-premieres-nations-de-guyane

Ce colloque organisé le 30 novembre par la sénatrice Aline Archimbaud avait pour but d’évaluer la situation depuis le rapport parlementaire sur le suicide des jeunes Amérindiens en Guyane, qu’elle avait co-rédigé en 2015.

C’est la ministre de l’Outre-mer qui a ouvert la manifestation, avec de nouvelles promesses. Mais une fois de plus, les représentants de l’Etat ne semblaient pas avoir le temps de rester ne serait-ce que quelques minutes pour entendre ce que la délégation avait à dire.

Pas même le temps de regarder le clip Teko Makan (« No suicide ») réalisé par le réalisateur Christophe Pierre, alias Yanuwana, sur le suicide des jeunes Amérindiens de Guyane. Présenté en préambule aux témoignages, ce clip a secoué la salle comble du Sénat.

Le journaliste Yves Géry dresse ici un compte-rendu de ce colloque qui aura marqué tous ceux qui étaient présents, tant les interventions étaient intenses et émouvantes.

On retiendra en particulier les déclarations fortes des trois intervenants de la table ronde finale : les Amérindiens Jocelyn Thérèse, président du Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinenge (CCPAB) et Alexandre Sommer- Shaechtele, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Autochtones de Guyane, ainsi que l’ethnopsychiatre Tobie Nathan qui a conclu en déclarant : « il n’y a pas d’identité sans territoire ».

Projection-débat au Centre international de Culture Populaire (CICP) le 29 novembre 2016

En amont de la venue des Amérindiens de Guyane au Sénat, le CSIA– Nitassinan (Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques) organisait le 29 novembre une soirée intitulée « Amérindiens de Guyane… Les Teko, un peuple en résistance ».

Au programme :

Le film « Teko, ethnologues et Cie », réalisé en 2016 par Julien Mathis et Colette Riehl Olivier.

Un débat avec : Lucien Panapuy, Teko, chanteur de No suicide, auteur compositeur, Christophe Pierre, Kali’na, réalisateur, Ludovic Pierre, étudiant à Bordeaux, Ti’wan Couchili, Teko, artiste plasticienne traditionnelle, Ruth Bidiou du collectif des Premières nations, Alain Mindjouk, Président de l’Alliance des collectivités Territoriales de Guyane (ACAG), Aikumale Alemin, Wayana, conseiller municipal de Maripasoula qui se bat pour l’ouverture d’un collège et Jean-Philippe Chambrier, président de la fédération des organisations autochtones de Guyane.

Edith Patrouilleau, fondatrice et vice-présidente du CSIA-Nitassinan, dresse ici un compte-rendu de la soirée.

Pour en savoir plus

Les abandonnés de la République – Vie et mort des Amérindiens de Guyane française, par Alexandra Mathieu, Yves Géry et Christophe Gruner, Albin-Michel, 2014

Guerriers de la Paix – les Teko de Guyane. Eric Navet, 40 ans d’ethnologie (p.180-181), livre et DVD publiés en 2016 sous la direction de Colette Riehl Olivier. La transcription des paroles du clip Teko makan – No suicide et leur traduction en français sont dans ce livre de photos et témoignages très précieux.

source : sorosoro.org

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s