Conférences SOGIP

L’équipe du LAIOS (IIAC), SOGIP et l’EHESS organisent une Conférence/Débat avec Tania Murray Li, professeure d’anthropologie à l’Université de Toronto (Canada) et titulaire de la chaire canadienne de recherche dans ce département :

« Indigènes/autochtones — Paysans/Agriculteurs
Jeux identitaires — enjeux de propriété ».

Discutantes :

Birgit Müller et Irène Bellier. La conférence aura lieu en Anglais et le débat en Français, le 8 novembre 2011 : 11h-13h, Salle J-P. Vernant 190 Avenue de France, 75013 Paris. noyau B, 8ème étage.

Présentation :

« Lors de cette conférence, Tania Li établit un lien entre les régimes de propriété foncière collectifs et inaliénables actuellement associés aux revendications et parfois aux pratiques des peuples autochtones et les efforts de gouvernance coloniale et post-coloniale pour empêcher la dépossession de petits paysans par la vente de leur terre et l’endettement. La propriété collective des terres est parfois imposée par des groupes locaux sur leurs propres membres pour défendre leurs moyens de subsistance, une idée de la communauté ou encore un mode d’organisation. Plus souvent, cependant, elle a été imposée de l’extérieur, d’abord par les administrateurs paternalistes de la période coloniale et aujourd’hui par des experts et les avocats qui assument la responsabilité pour décider qui devrait et qui ne devrait pas être exposé aux risques et opportunités du marché. Vus par leurs protagonistes, cependant, les efforts pour institutionnaliser la propriété collective de la terre ne sont pas des impositions du tout. Ils confirmeraient des formations culturellement distinctes et présentes parmi « les populations tribales » ou « indigènes ». Pourtant les populations rurales ne se conforment pas forcément aux suppositions inhérentes aux arrangements conçus pour leur protection. Ces arrangements traversent des frontières sociales et spatiales. Certains demandent la reconnaissance des droits individualisés sur la terre et répondent aux opportunités de commercialisation. D’autres sont incapables d’échapper aux relations d’exaction que les images d’une altérité culturelle et d’une collectivité harmonieuse oublient trop souvent. Entre-temps, les processus de dépossession continuent d’être méconnus ou non observés, ce qui met en question le rôle de l’anthropologie sur ce genre de terrains. Un texte de Tania Li en appui de la conférence sera accessible sur le site du LAIOS : http://www.iiac.cnrs.fr/laios. Tania Murray Li, professeure et titulaire de la chaire canadienne de la recherche au département d’anthropologie de l’université de Toronto, a notamment écrit sur l’émergence du mouvement des peuples autochtones de l’Indonésie, la réforme agraire, la formation des classes en milieu rural, les luttes autour des forêts et de la conservation, la gestion des ressources communautaires et le déplacement forcé des populations. Elle a récemment publié The Will to Improve : Governmentality, Development, and the Practice of Politics (Duke University Press, 2007) et en 2011 Powers of Exclusion : Land Dilemmas in Southeast Asia. avec D. Hall et P. Hirsch. National University of Singapore Press/University ».

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

le Congrès de l’Association Française d’Ethnologie et  d’Anthropologie se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, du 21 au 24 septembre 2011.

Avec le soutien du programme SOGIP (ERC 249236)

PROGRAMME

Mercredi 21 septembre 2011

Atelier  « Autochtonie, libre-détermination et mouvements sociaux à l’ère de la globalisation », organisé par Bruno Baronnet  et Sabrina Melenotte

13 :30 – 15 h

Amphithéâtre, Atelier 21, session 1

Irène Bellier, Ouverture : « Échelles de gouvernance : Nations Unies, États et Peuples Autochtones : les sens de l’autodétermination à l’heure de la globalisation »

Marco Aparicio Wilhelmi : « Enjeux et implications des droits autochtones dans les réformes constitutionnelles en Amérique du Sud »

Sabine Kradolfer : « Réarticulations politiques et ethniques : quelques réflexions à partir de l’exemple des Mapuche »

Alejandra Aquino Moreschi : « La génération de l’“émergence indienne” dans la Sierra de Juarez (Oaxaca) et la naissance des luttes pour l’autonomie »

15 :05  – 16 :35

Amphithéâtre, Atelier 21, session 2

Barbara Glowczewski : « Enseignement bilingue, restitution anthropologique et potentiel digital pour les Aborigènes »

Fabien Le Bonniec : « Les Mapuche en quête d’autonomie. La fabrique des territoires Mapuche au Chili de 1884 à nos jours  »

Natacha Gagné, Sébastien Grammond et Isabelle Lantagne : « Les tribunaux : une voie pour l’accès à la reconnaissance pour des communautés autochtones »

Leslie Cloud : « Dynamique de construction et mise en oeuvre du droit à l’autodétermination des peuples autochtones au sein de la province de Neuquen, Argentine»

Jeudi 22 septembre 2011

9 :00 – 10 :30

Amphithéâtre, Atelier 21, session 3

Carmen Salazar-Soler : « De l’environnement à l’autochtonie et à l’autodétermination : Les luttes des communautés paysannes contre les compagniesminières au Pérou  »

Claude Le Gouill  : « La question de l’autonomie politique de l’ayllu et les luttes de pouvoir dans les Andes boliviennes  »

Laurent Lacroix  : « Du premier gouvernement municipal indigène autonome (Lomerío, 1999) à la constitutionnalisation de l’autonomie indigène (2009) en Bolivie »

Sabrina Melenotte  : « De l’unité à la division : l’autonomie zapatiste depuis une expérience dans Los Altos de l’Etat du Chiapas (Polhó)»

10 :35 – 12 :05

Amphithéâtre, Atelier 21, session 4

Monica Martinez Mauri : « Mouvements autochtones, autonomie et libre déterminationau Panama et en Equateur  »

Paula Lopez Caballero : « L’utopie nationale de la diversité. Rhétoriques multiculturelles officielles et leur appropriation par es originarios de Milpa Alta (Mexico), 1980-2010 »

Marie Salaün  : « S’approprier l’École. De quelques stratégies autochtones dans le Pacifique insulaire »

Bruno Baronnet  : « De la rébellion à la résistance : les expériences autochtones de lutte pour la terre et l’autonomie de l’éducation au Mexique »

Conférences Sogip, Paris, juin, juillet 2011

Le programme de recherches SOGIP a organisé un workshop International à Paris du 29 juin au 1er juillet derniers intitulé : Peuples autochtones : avancées internationales, gouvernance, questions juridiques. Le workshop a eu lieu à l’EHESS, 105 boulevard Raspail 75006.

Le premier jour du workshop a traité du thème : « Trajectoires et reconnaissances des “Peuples autochtones”, tout d’abord en questionant les categories : « indigenous peoples / pueblos indigenas / peuples autochtones ». Derrière ces concepts : quelles conditions d’acceptibilité ? Quelle instrumentalisation de ces catégoires, quels impacts pour les populations autochtones ? En en second lieu, a été évoqué le thème ; Institutions autochtones et traditions juridiques nationales : articulations et contradictions.

La seconde journée a été consacrée au thème du « Droit international autochtone aujourd’hui, entre échelles globale, nationale et locale ». La première session a eu pour thème : Circulations et appropriations des normes internationales par les appareils d’Etat et la seconde : Mobilisations locales des droits autochtones : acteurs, stratégies, organisations.

La troisième journée a été organisée autour de deux tables-rondes « Efficience du droit dans les stratégies autochtones : la construction d’un imaginaire globalisé » et dans l’après-midi en seconde partie : « La gouvernance des questions autochtones se traduit-elle par un mieux-être des populations autochtones ? résistances et contradictions ».

JPEG - 70.8 ko

SOGIP a également organisé une conférence publique du Pr. Jon Altman, professeur d’anthropologie à la Research School of Social Sciences de l’Australian National University intitulée « Développement alternatif et différence : reconfigurer les relations à l’Etat sur le domaine foncier aborigène ». Elle a eu lieu le 24 juin 2011, de 15h à 18h à l’EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

Ainsi qu’une Conférence publique du Pr. Rodolfo Stavenhagen, premier Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les Droits et Libertés Fondamentales des Peuples Autochtones intitulée « L’institutionnalisation des droits des peuples autochtones : possibilités et problèmes » qui a eu lieu le 28 juin 2011, de 17h-19h au Centre d’Etudes et de Recherches Internationales, 56 rue Jacob, 75006 Paris. Cette conférence a été organisée par Irène Bellier et l’équipe SOGIP (ERC 249236), Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC, CNRS-EHESS), LAIOS, en partenariat avec l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine (IHEAL, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et le Centre d’Etudes et de Recherches Internationales (CERI).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s