Journée internationale de solidarité avec les peuples amérindiens – Peuples autochtones : défenseurs de la Terre-Mère, de l’environnement et du climat

En 1977, rompant avec plusieurs générations de deuil et de silence, plus de cent Nations amérindiennes se rendent aux Nations Unies, à Genève, pour revendiquer la reconnaissance de leur existence en tant que peuples et leurs droits fondamentaux. A cette occasion, ils demandent l’institution d’une journée internationale de solidarité avec les peuples autochtones des Amériques le 12 octobre, face aux célébrations discriminatoires de la « Journée de Christophe Colomb » aux États-Unis et du « Jour de la race » dans plusieurs pays d’Amérique du Sud. Depuis 1980, le Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan) célèbre chaque année cette journée, avec des représentants autochtones des 3 Amériques.

En vue de la Conférence sur le Climat (COP 21), le thème de l’édition 2015 sera « Peuples autochtones : défenseurs de la Terre-Mère, de l’environnement et du climat  ».

Tom Goldtooth (sioux-dakota/diné-navajo, USA) directeur d’Indigenous environmental network-IEN (Réseau environnemental des peuples autochtones), figure emblématique des précédents sommets internationaux, mènera les débats aux côtés de la Coalition climat 21, collectif de plus d’une centaine d’associations et mouvements de la société civile.

Florencine Edouard, Palikur-Téleuyu, représentante de l’Organisation des Nations autochtones de Guyane (ONAG) témoignera des responsabilités de la France dans ce territoire d’Outre-Mer, dans un regard croisé avec Irène Bellier, docteur en ethnologie et anthropologie sociale de l’EHESS, responsable du SOGIP (acronyme anglais pour « Echelles de gouvernance, les Nations-Unies, les Etats et les peuples Autochtones : l’autodétermination au temps de la globalisation ») et vice-présidente du GITPA (Groupe International de travail pour les Peuples Autochtones), qui sera de retour d’une mission en Guyane.

Karmen Ramirez Boscàn, wayùu de Colombie, représentera Fuerza de las Mujeres Wayuu, organisation de femmes autochtones en lutte contre les industries extractives sur leur territoire

Dennis Banks, Anishinabe des États-Unis, cofondateur de l’American Indian Movement (AIM), figure historique à l’origine du Red power, compagnon de lutte du prisonnier politique Leonard Peltier, interviendra sur la nécessité de la défense de l’environnement dans le cadre de la tournée Mother Earth Tour.

En hommage aux disparus d’Ayotzinapa les photos des 43 étudiants seront exposées dans la salle principale.

Pour la première fois en Europe les jeunes rappeurs Frank Waln (sioux-lakota, USA) et Nataanii Means (diné-navajo/sioux-lakota, USA) se produiront accompagnés de deux danseurs traditionnels. Leurs textes portent les revendications de la nouvelle génération.

Lieu : Salle Olympe de Gouges-15, rue Merlin, Paris 75011
Horaire : 14h- 22h / Entrée libre

info@csia-nitassinan.org

Infos, programme : http://www.csia-nitassinan.org/

http://www.csia-nitassinan.org/spip.php?article645

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s